Une enquête de Bernie Gunther : Prague Fatale de Philip Kerr

Fragment en guise de mise en bouche :

Pour autant, il y avait encore une ribambelle de vols : tickets, linge, essence, meubles (que les voleurs utilisaient comme bois de chauffage), rideaux (avec lesquels les gens confectionnaient des vêtements), lapins et cochons d’Inde que les habitants élevaient sur leur balcon pour avoir de la viande fraîche ; les berlinois volaient tout et n’importe quoi. Et, avec le black-out, il y avait aussi de véritables crimes, des crimes violents, si l’on prenait la peine de chercher. Le black-out était une bénédiction pour les violeurs.

Cette citation donne une idée de la pagaille à Berlin.

Mon avis :

Comme d’habitude, je me suis laissé happer par l’histoire. Dans ce tome, il est question d’espionnage, de crimes et de tentatives de meurtre. Encore une fois, on retrouve un Bernie Gunther qui ne mâche pas ses mots. Il prend des libertés. Il critique le régime nazi. Ses propos frôlent la trahison. Son impertinence est tolérée. Son professionnalisme et son intelligence le rendent intouchable. C’est son ton pince-sans-rire qui m’a séduite. Il m’a fait sourire. Cependant, la teneur de ses propos est poignante, triste et franchement noire. Vu le contexte, difficile de voir la vie en rose ! Il est humain, mais il n’est pas sorti sans tâches de cette histoire. 

Bernie Gunther est rappelé par le Général Heydrich. Celui-ci craint pour sa vie. Il pense qu’il pourrait être visé par un attentat. Il est entouré de membres du parti, mais il ne se sent pas en sécurité. Le rebelle et professionnel Bernie Gunther est l’homme de la situation. Ce n’est pas l’hypocrisie qui l’étouffe et il n’a pas peur de marcher sur les pieds des grands, d’autant plus qu’il a l’accord du Général. Le quatrième assistant de Heydrich est retrouvé mort dans sa chambre. Celle-ci était fermée à clé depuis l’intérieur. Est-ce un suicide ? Y a-t-il un lien avec le possible attentat ? 

Cette scène m’a fait penser au Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux. J’avoue ne pas avoir été surprise par la résolution de cette enquête. L’originalité de ce livre repose sur ses éléments historiques. Ils sont recherchés. De plus, cette enquête implique des terroristes tchécoslovaques qui essaient de renverser le régime nazi. Ils veulent tuer Heydrich. Ils auraient des liens avec des proches de Heydrich. Vont-ils réussir leur attentat ? Sont-ils derrière ce meurtre ? Une taupe serait-elle présente dans les rangs d’Heydrich ? 

J’ai apprécié ce fond historique qui montre aussi des personnes qui ne sont pas prêtes à se rendre et à laisser faire. Leur combat est beau et sanglant. Bernie n’est pas des leurs, mais il essaie de rester non corrompu et de faire son travail comme il faut. C’est parfois agaçant, car on se dit qu’il aurait pu faire quelque chose ou au moins se taire. Mais ce n’est pas si simple. Ce personnage montre la complexité de la situation. 

Post scriptum!

L’auteur accompagne son récit d’information sur les figures importantes citées, la plupart ont existé. La(e) lectrice (eur) a droit à une mini-biographie sur tous ses hauts gradés SS. J’ai eu le plaisir de connaître aussi leur fin. Parfois, c’est beau de voir le destin à l’œuvre et d’autres pas.  

En résumé :  C’est une très bonne lecture. L’enquête est plus complexe qu’un simple meurtre. Les éléments historiques et faits réels rapportés rajoutent un vrai plus. Et puis, les claques verbales de  Bernie Gunther sont presque jouissives. 

Note : 4 sur 5.

Si vous avez besoin d’autres avis :

Laisser un commentaire