Fragment de livre en guise d’avant-goût :

Cependant elle ne se doute pas de ce qui va suivre. Yona, bercée par la voix de Noume, qui chantonne la prière aux Esprits, s’approche d’un pan de roche. Ses doigts englués d’une pâte sombre se mettent à appliquer de la couleur, composant des traits, des ronds. Soudain une seule clameur s’élève. Dako crie :

— Regardez ! Un bison ! Yona retient son souffle. Elle a réussi !

Reculant un peu pour mieux juger son dessin, elle s’estime satisfaite. Un garçonnet éclate de rire, tant il est content. Ensuite naissent sur la paroi un grand cheval brun, une tête de lion, puis trois rennes qui galopent, leurs ramures noires penchées en arrière.

— Yona est une chamani ! hurle Dent de lion, fasciné par ce qu’il voit.

Le vieux Tarak, qui n’avait pas osé prendre la parole, tend son bâton en déclarant :

— Je ne croyais pas voir une chose pareille ! Je mourrai heureux, petite ! Continue…

Le clan s’agite, enthousiasmé par les dessins. Les enfants viennent les admirer de près, les femmes essuient quelques larmes d’émotion. Noume jubile de plaisir, certaine que, désormais, personne n’osera nuire à son amie.

Mon avis :

Si Yona a trouvé sa place dans le clan d’Akilé et de Goran, sa famille (son père et sa meilleure amie) lui manque. Elle a tellement hâte de retrouver son père et sa Noume. Elle se lance sur le chemin de la Grande Caverne, elle a un peu de mal à trouver son chemin.
C’est un retour en grande pompe et franchement surprenant. Il sera loin d’être le calme plat. Elle espère de tout coeur que son frère loup sera lui aussi accepté par le clan de la Grande Caverne. Elle aura quelques petites surprises en arrivant et la plus grande reste la gentillesse de Mummi. Cela ne lui ressemble pas.
Une nouvelle bonne lecture avec une intrigue intéressante, quelques leçons sur la vie sauvage et de vie.
Ce tome est un peu moins riche au niveau historique mais on a toujours les dossiers finaux (explicatifs) pour ça.

Tome précédent :

Un commentaire sur « Yona, fille de la préhistoire T4 Le retour de Yona de FLORENCE REYNAUD »

Laisser un commentaire