Première page #96

Cher.e.s voyageur.e.s,

Je partage avec vous la première page du livre physique d’une de mes lectures passées L’exil des anges de Gilles Legardinier :

Il faisait nuit, un peu froid. Depuis la fin de l’après-midi, comme souvent en cette saison, la pluie tombait, fine, régulière et grise. On ne distinguait même plus le loch, pourtant tout proche en contrebas. L’automne était là. Immobiles, les arbres ruisselants scintillaient dans la clarté échappée des fenêtres du salon.

A l’intérieur, il faisait bon. Le couple était blotti au fond du canapé, dans la douce chaleur du feu de cheminée qui dansait. Cathy eut un long soupir triste et se serra encore un peu plus contre son mari. Perdu dans ses pensées, Marc gardait les yeux fixés sur les flammes. Ils étaient ainsi depuis de longues heures, silencieux, ne se levant que pour remettre des bûches. Ils n’avaient plus rien à faire avant le lendemain – cela ne leur était jamais arrivé.

Marc s’étira lentement ; elle leva les yeux vers lui. Leurs regards se croisèrent. Il déposa un baiser sur son front, délicatement, avec encore plus de tendresse qu’à l’accoutumée. Il l’embrassa comme si c’était la dernière fois.

Pour eux, isolés, à l’écart du monde, plus rien n’était pas pareil. Il n’était plus le professeur Destrel, éminent psychophysicien au sommet de sa renommée, et ce soir-là, elle n’était plus sa collaboratrice.

Bonne lecture !

Laisser un commentaire