Cher.e.s voyageur.e.s,

Je vous présenterais un extrait du livre, mais cette fois, ce sera d’une lecture passée et déjà chroniquée de façon à vous faire découvrir le livre autrement. J’ai un peu changé le principe. Pourquoi ? parce que je trouve qu’un extrait est bien plus parlant qu’un résumé et surtout que certains résumé sont trop spoilant ou mensonger.

Aujourd’hui, je vous présente un fragment de livre de La muse tatouée de Kent Harrington :

L’oxygène, ou encore l’alcool, semblaient l’aider à s’animer. Il essuya un peu de fond de teint sur ses joues et observa le bout de ses doigts.

– Il a renié Marguerite, poursuivit-il. C’était compliqué parce qu’il me semble qu’elle n’était pas mariée à ce jeune homme, mais ils ont eu l’enfant. Elle a fait de son mieux pour tenir le coup, mais je crois que les drogues qu’ils prenaient n’ont pas de facilité les choses. Ils vivaient plus ou moins en communauté dans Haight Street. Tout le monde, à cette époque-là, vivait en communauté. Le problème, c’est qu’elle n’avait jamais manqué de rien et là, tout d’un coup, plus d’argent ! Plus rien du tout. Ça a dû être un choc ! Vous ne croyez pas ? L’opulence et, brusquement, le dénuement le plus total !

Le comte remit son masque mais avoua :

– Ce truc m’agace. Et je n’aime pas l’allure qu’il me donne.

– Même avec ça, vous êtes encore sexy, comte, lui assura Kline.

– Oh, mon jeune ami, vous êtes si charmant. Pourquoi ne viendriez-vous pas me rendre visite plus souvent ?

Comme tous les garçons avec lesquels il avait grandi, Kline s’était souvent moqué des homosexuels jusqu’à ce que sa mère le surprenne un jour au téléphone en train de raconter des insanités à l’un de ses camarades et qu’elle lui explique que les homosexuels avaient été parmi les premiers déportés. Elle en avait connu beaucoup au camp. Après cela, il n’avait plus jamais vu les choses de la même manière. Ils avaient été victimes de la terreur eux aussi, comme ses parents. Il avait cessé de se moquer d’eux à compter de ce jour-là.

– Vous avez dit que son suicide avait été spectaculaire.

– Très spectaculaire. Elle s’est jetée du haut de la Coit Tower. Et j’ai bien peur que cela ne soit pas tout. Elle avait emmené son petit garçon avec elle là-haut. La gosse l’a vue sauter à ce qu’on raconte. Elle était droguée, bien entendu.

La muse tatouée de KENT HARRINGTON

En guise d’avant-goût : Le comte remis son masque mais avoua : – Ce truc m’agace. Je n’aime pas l’allure qu’il me donne. – Même avec ça, vous êtes encore sexy, comte, lui assura Kline. – Oh, mon jeune ami, vous êtes si charmant. Pourquoi ne viendriez-vous pas me rendre visite plus souvent ? Comme … Lire la suite de La muse tatouée de KENT HARRINGTON

Bonne lecture !!

Un commentaire sur « Fragment de livre #106 »

Laisser un commentaire