Extrait pour vous donner un avant gout :

Que ces gens me plaisent qui sillonnaient, bâton en main, le monde chrétien! Malgré la multitude de langues et de patois nés en déroute de Babel, nous trouvions toujours moyen de nous comprendre, d’autant plus que mon frère m’enseignait le latin, ce qui me permettait d’échanger avec les plus savants de ces jacquets. J’étais une excellente élève, si douée pour les langues que cela aussi a ajouté à ma réputation de femme touchée par la Grâce. Je n’avais jamais tant reçu, tant parlé, du temps où, vivant, je devais garder la chambre, broder, chanter et obéir à mon père. Tous ces êtres en mouvement venaient voir l’immobile et la vie passait devant moi, qui pourtant l’avais quittée. J’apprenais beaucoup des hommes, de leurs désirs et de leurs peurs. On me confiait même des messages pour d’autres qui passeraient plus tard sur ce chemin des Francs et je faisais donner du pain, de la soupe et du vin aux plus démunis. Nombreux étaient ceux qui, n’ayant jamais rien eu, tout abandonné ou tout perdu en route, mendiaient leur pitance pour continuer d’avancer.

Mon avis :

Le début est lourd en figures de style. Elles ont bien failli me faire fuir. Heureusement, je me suis accrochée, et croyez moi l’histoire en valait la peine. De plus, soit les figures de style se sont amoindries, soit je me suis habituée. En tout cas, le style de l’auteur sert très bien ce roman. Ce livre gagne à être connu, car il aborde un thème super intéressant : la création d’un miracle.

Un autre thème important est la condition des femmes et la religion. Les deux étant liées. Ensuite, on a en arrière-plan la condition des hommes en 1200.

L’histoire a donc lieu aux XIIe siècles. Esclarmonde est promise en mariage par son père à un homme violent. Les murs du château l’ont renseigné sur son futur mari. Et l’on ne peut pas la blâmer si elle n’a pas envie de se marier avec lui. Pour échapper à ce destin, Esclarmonde décide de se faire emmurer. Elle fait preuve d’un certain courage ce qui force l’admiration. À cette époque, se rebeller contre la volonté de son père était très courageux.

L’auteur nous raconte comment est née la réputation de la Sainte Esclarmonde. Mais aussi, comment elle vit, elle donne au mythe une dimension humaine au miracle. Son monde semble restreint aux quatre murs, mais les murmures du château l’aident à voir plus loin… À vous de décider si vous voulez y croire ou pas ??

Cette histoire de miracle fait pensé à un roman fantasy plus qu’à un roman historique.

C’est mon premier roman de cet auteur ainsi que mon premier roman ayant pour sujet central « la religion ». Et même si je suis athée et je ne partage pas ces croyances. Il est loin de m’avoir dégoûtée de ce sujet. Je pense d’ailleurs lire un autre livre de l’auteur.

En résumé : un très bon roman, instructif, et une belle plume.  

Notation :

Note : 3.5 sur 5.

Rédigé par

Les paravers de Millina

Passionnée de livre... Fantasy, Policier et Romance :)